Vous reprendriez bien un cocktail ?

Publié: 22 février 2011 dans On the silverscreen...

Encore un film culte pour moi, et peut-être aussi pour celles et ceux de ma génération. Cette fois-ci, j’ai eu envie de devenir barmaid et de tenir un bar d’enfer. La raison de cette lubie : le film de Roger Donaldson Cocktail. Ce film, je l’ai vu à la télévision des années après sa sortie : j’ai dû le voir vers 1993-1994, vous savez quand vous êtes ado, et influençable, et que les films deviennent paroles d’évangiles ! Aujourd’hui encore, je réponds oui à Tom Cruise : « Vous reprendriez bien un cocktail ? »

Le pitch :

Le jeune Brian Flanagan quitte l’armée et décide de réaliser son rêve : conquérir Wall Street et faire fortune. Pour payer ses études, il décide de devenir barman à Manhattan… Un choix qui va déterminer la suite de sa vie, puisqu’il va rencontrer son mentor, Douglas Coughlin, pour le meilleur et pour le pire.

Mon avis :

Pourquoi ce film m’a autant marquée ? Tout simplement parce qu’il explorait un univers que je ne connaissais pas quand j’étais ado. Et qui bien sûr exercer sur moi une totale fascination : cet univers, c’est celui du monde de la nuit, avec ses rencontres, ses excès et ses abus. Autre atout pour moi : une partie du film se déroule à New York et une autre se passe à la Jamaïque « Man » : deux contrées complètement  mythiques dans les années 90. New York car, la ville qui ne dort jamais représentait pour moi, et aujourd’hui encore, un endroit assez fou où tout est possible. La Jamaïque était, et est, indissociable de Bob Marley, un des mes héros. Aujourd’hui encore, la « night » me fascine et sa faune m’intrigue. Quant aux lieux du film, rien à changer : je les aime toujours autant ! Le film avait donc tout pour me plaire et rester dans ma mémoire.

Sans oublier bien sûr les acteurs. Je ne fais pas partie des fans de Tom Cruise, ni aujourd’hui, ni hier. Mais je dois admettre que dans ce film, il joue son rôle à la perfection. Il donne vie à un jeune premier débordant d’ambition, un poil sûr de lui, à tel point que parfois, on aurait presque envie de le gifler, comme par exemple, il drague Jordan, interprétée par la jolie Elisabeth Sue. Cela dit, on pleure avec lui quand son guide et ami Doug est au plus mal ! Sans trop m’avancer, je pense que c’était une période faste pour Tom Cruise, et qu’il a interprété à ce moment-là ces meilleurs rôles (de cette époque, la fin des eighties et le début de nineties, on peut citer Né un 4 juillet, Rain Man, Jour de Tonnerre, Horizons Lointains, La Firme et Entretien avec un Vampire).

Bryan Brown joue le second rôle masculin : son personnage, Douglas Coughlin, un vieux baroudeur des zincs, on y croit dur comme fer. Il connaît toutes les astuces pour faire passer une bonne vieille gueule de bois. Et nous aussi par l’occasion. Prenez de quoi noter la recette de son fameux Red Eye et accrochez quand même votre estomac : une dose de bière, une dose de jus de tomate et un œuf ! Courage, avalez cul sec ! Il est aussi abîmé comme les personnes qui ont un peu trop abusé de certains plaisirs ou vices (je vous laisse choisir le terme qui vous convient !). Il est également cynique car il a vu trop de masques sur les visages de ces contemporains, trop d’illusions déçues. Et pourtant,  il prend le fougueux Flanagan sous son aile : il va lui donner les ficelles pour réussir en tant que barman, et au-delà de ce métier, s’en sortir dans la vie sans trop se briser les ailes. Pari réussi : en très peu de temps, le duo devient très demandé à New York, et Flanagan a les faveurs de ces dames. Ils maîtrisent parfaitement l’art de manier la bouteille : ils jonglent avec, ils les envoient en l’air… Les glaçons subissent le même sort… Et les pourboires pleuvent ! Et les filles sont sous le charme ! Deux petits grains de sable, l’argent et les conquêtes amoureuses d’un soir ou pas, qui vont enrayer la mécanique Coughlin/Flanagan.

Le duo se brouille, et Flanagan met les voiles sur la Jamaïque, son climat clément, ses plages de sable fin, et bien sûr ses jolies filles. Derrière son comptoir, une bible de Wall Street, et devant les clients, le show à la Coughlin. La deuxième partie du film montre les querelles entre les mâles dominants : ils doivent toujours faire le coq fier devant leur cour, au péril de blesser celle(s) qui les aime(nt) réellement. Le jeu des apparences et du quand dira-t-on joue un rôle important : comment lutter contre ? Mais elle met aussi l’accent sur une belle amitié, parfois mal comprise, mais toujours sincère. Et bien sûr, ce cocktail est saupoudré d’une bonne dose d’amour, pas toujours évidente !

Mais pour en savoir plus, ce film tu le découvriras ou tu le verras à nouveau, « foi de Coughlin ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s