Et maintenant, dansez et chantez !

Publié: 24 février 2011 dans On the silverscreen...

Ah, le Moulin Rouge ! de Baz Luhrmann ! Encore un film mythique pour moi ! Une nouvelle fois, je me souviens parfaitement de sa sortie au cinéma, il y a presque dix ans ! Avec deux de mes amis, nous voilà partis pour une bonne soirée : tous les trois, nous avons été complètement hypnotisés par la beauté du film et sa flamboyance, nous avons été touchés par les amours de Satine et par son destin. Nous étions deux filles et un garçon à cette projection : nous, les filles, on en est sorties les yeux bouffis, sous le regard amusé et quelque peu moqueur de notre ami, qui, n’en été pas moins ému !

Le pitch :

Nous sommes à Paris, au XIXème siècle. Christian, un jeune poète anglais, désargenté, décide de s’installer dans le légendaire quartier de Montmartre. Il découvre alors la vie de bohème à la montmartroise. Il rêve d’écrire une grande pièce, et c’est Toulouse-Lautrec (joué par John Leguizamo), le peintre, qui va lui donner sa chance. Le cabaret, le Moulin Rouge, cherche quelqu’un pour rédiger le livret de sa nouvelle revue. Et il va tomber amoureux de Satine, LA star du Moulin, déjà promise au duc de Monroth.

Mon avis :

Encore un film que je trouve magique, bouleversant, marquant ! Son univers baroque et iconoclaste m’a littéralement transportée sur la butte d’antan. Et depuis, je voue un véritable culte au Moulin Rouge, qui me fascine, et j’ai fait du village de Montmartre, un de mes lieux préférés de la capitale. A chaque coin de rue, je m’attends à voir surgir Toulouse-Lautrec ou encore Van Gogh, ou à tomber sur une bouteille d’absinthe ou quelques palettes de peintre ! Flâner dans Montmartre est une grande porte ouverte sur mon imaginaire : c’est aussi un quartier très stimulant ! Si vous ne connaissez pas les hauteurs du XVIIIème arrondissement, n’hésitez pas à vous y rendre lors d’une escapade parisienne.

Comme je le disais, Baz Luhrmann, son génial réalisateur, a usé et abusé d’un univers baroque, haut en couleurs. Pas moins de 400 costumes et de 88 perruques ont été nécessaires. Un véritable régal pour les yeux des spectateurs ! Pour les plus férus de cinéma parmi vous, le cinéaste rend ainsi hommage à trois films cultissimes, à savoir L’Ange Bleu de Josef Von Stenberg avec Marlene Dietrich, Gilda de Charles Vidor avec Rita Hayworth et Cabaret de Bob Fosse avec Liza Minelli. Mais toute cette profusion de décors et de costume ne pouvait pas lui faire peur. Avant de sévir derrière la caméra, Luhrmann était un grand metteur en scène d’opéra. Et il s’est servi de cette expérience : la danse indienne est reprise de sa mise en scène du Songe d’une nuit d’été et le cadre de son film, le Moulin, l’avait déjà fort séduit, dans son travail pour La Bohème.

L’amour, l’infidélité, le mensonge sont la clé de voûte de Moulin Rouge ! L’amour entre Satine, l’irrésistible Nicole Kidman, et Christian, le charmant Erwan McGregor est, je crois, l’une des plus belles romances du cinéma. Bien sûr, le tragique est entretenu par les infâmes duc de Monroth, joué par Richard Roxburgh, qui craint pour sa réputation d’homme, s’il est cocufié, et Zidler, incarné par Jim Broadbent, qui ne pense qu’à son cabaret et à sa rentabilité ! L’intolérable est matérialisé par la maladie de Satine. La violences des sentiments et la déraison que peut entraîner le manque d’amour ou le trop plein d’amour sont aussi des moments importants : le duc devient agressif et brutal lorsque l’objet de son affection lui échappe. Car, pour lui, Satine n’est qu’une jolie plante. Le tout saupoudré de la diabolique relation pouvoir-argent, tous les éléments sont réunis pour faire de ce film musical, une parfaite tragi-comédie.

Autre ingrédient indissociable au succès de ce chef-d’œuvre : la musique. Personne n’a oublié l’incroyable reprise de Roxane (chantée à l’origine par The Police) et son tango, ou encore le très touchant Your song ou l’endiablée Lady Marmelade, mise en jambe et en bouche par un quintet d’enfer, Christina Aguilera, Pink, Missy Elliott, Lil’Kim et Mya… La liste de la bande originale est encore longue, car chaque titre est un succès. Sachez que pour l’occasion, tous les acteurs du film ont poussé la chansonnette : les morceaux ont d’abord été enregistrés et arrangés pendant les répétitions. Puis, devant la caméra, les acteurs peuvent à loisir ou chanter ou faire du playback sur leur propre voix. Et la jolie Nicole a un petit brin de voix fort sympathique. N’oubliez pas messieurs : « Diamonds are a girl’s best friend… » Petite anecdote, la seule chanteuse du casting, Kylie Minogue, n’ouvre pas la bouche : elle est la Petite Fée Verte, énigmatique et furtive.

Tout cela réuni a contribué à rendre le film magique l’amenant jusqu’au succès. L’année qui suit sa sortie, en 2002, les récompenses pleuvent : Oscar de la meilleure direction artistique, Oscar de la meilleure création de costumes, Golden Globe du meilleur film musical ou comédie, Golden Globe de la meilleure musique de film pour Craig Armstrong et Golden Globe de la meilleure actrice dans un film musical ou comédie pour Nicole Kidman.

Pour terminer cette chronique, je voudrais vous faire partager le début de Moulin Rouge ! Christian écrit : « It’s story about love… »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s