Sous l’armure d’Iron Man

Publié: 1 mai 2011 dans On the silverscreen...

Iron Man 2 n’est pas exactement ce que je préfère dans le cinéma, je n’ai même pas vu le 1 (je confesse cependant être une grande fan des adaptations cinématographiques de Spiderman et des X-Men). Mais à force de voir la bande d’annonce, et surtout la frimousse de Robert Downey Jr, je me suis laissée tenter par ce film 100% divertissement, une mission qu’il accomplie très largement. Un vrai régal, avec toujours derrière la caméra, Jon Favreau !

Le pitch :

Tony Stark est Iron Man, et ça tout le monde le sait ! Le milliardaire garde jalousement les secrets de son armure super puissante au grand dam du gouvernement américain et de ses concurrents. Pourtant, à l’autre bout de la planète, le sombre Whiplash a mis la main sur des plans top secrets. Son but : se venger de la famille Stark qu’il tient pour responsable de la déchéance de son père. Une nouvelle guerre va commencer.

Mon avis :

Les extraits et la bande d’annonce étaient prometteurs : de l’action, du grand spectacle, des effets spéciaux, une belle brochette d’acteurs parmi lesquels, les filles, le beau Robert Downey Jr, les garçons, l’hitchcokienne Gwyneth Paltrow et la sculpturale Scarlett Johansson. Croyez-moi, vous n’allez pas être déçu/e. Le film s’ouvre sur la cérémonie d’inauguraton de l’exposition des industries Stark. Le show est hors norme, à l’image de son narcissique propriétaire Tony Stark. Robert Downey Jr est irrésistible dans ce rôle quelque peu mégalo, et si désinvolte. Mais en creusant bien sous l’armure, on se rend compte que cette assurance, que cette autosatisfaction masquent une ancienne blessure : le manque de reconnaissance de son père. Autre point fort du séduisant Bob : son physique. Les filles, préparez-vous à être toutes choses dans deux scènes. Celle où il travaille d’arrache-pied sur la transformation d’une molécule permettant de sauver Iron Man : il était vêtu d’un petit marcel noir qui lui va ravir. Et à la fin du film, où l’air de rien, il bavarde : il porte un bas de jogging qui ne cache pas l’anatomie rebondie de ses petites fesses !

Rassurez-vous les garçons, vous n’allez pas être déçus non plus. L’incontournable Scarlett Johansson est au générique de ce blockbuster. Elle joue un double rôle : la candide Natasha Romanoff, au service de Stark Industrie et l’hyper agile Veuve Noire. Elle avoue s’être beaucoup préparée pour ce rôle : de l’entraînement sportif avant et pendant le tournage, et le visionnage de quelques classiques pour parfaire son rôle de femme fatale (Greta Garbo dans Ninotchka et Barbara Bach dans L’Espion qui m’aimait pour les cinéphiles). Et messieurs, vous allez adoré le résultat : elle est sublime. Seul bémol peut-être : son rôle aurait mérité un peu plus d’épaisseur. Je trouve que parfois, elle n’est vraiment que la jolie plante !

Gwyneth Paltrow rempile avec son rôle de Pepper Potts. Cette fois, elle est nommée présidente du groupe Stark, ce qui va lui valoir des bons coups de stress ! D’autres stars du cinéma ont répondu présentes : Don Cheaddle incarne un lieutenant de l’armée américaine, Jim Rhodes. Son amitié avec Iron Man va le mettre dans plusieurs positions très inconfortables. Mais bon, il aura l’occasion de revêtir une des armures de son ami ! Et enfin, le charismatique Samuel L. Jackson est toujours Nick Fury.

Mais celui qui mérite peut être la palme du meilleur acteur dans cet opus, c’est sûrement, Mickey Rourke : il incarne à la fois le russe Ivan Vanko et l’électrique Whiplash. Comme chacun le sait, Rourke revient de très loin, à croire que cela lui a servi pour jouer son rôle de victime spoliée. Il est juste bluffant. Il présente une carrure absolument incroyable et joue sa partition à la perfection. Les scènes où il est avec son ami le perroquet sont très touchantes ; lorsqu’il devient méchant, on voit la haine et l’esprit de revanche dans ses yeux ; lorsqu’il perfectionne ses robots, sa détermination se lit dans chacun de ses gestes.  Une précision tout de même sur son rôle : dans la BD, ces deux personnages, Vanko et Whisplash, sont bien distincts.

Les scénaristes ont fait d’autres infidélités aux personnages crées par Stan Lee, Don Heck, Larry Lieber et Jack Kirby. Par exemple, le rival de Stark est Justin Hammer (interprété par Sam Rockwell), ça, ça ne change. Seule différence : l’âge du personnage. Dans le comic, c’est un vieux milliardaire tandis que dans le film, il a approximativement l’âge de Stark.

Dans les secrets de tournage, notons aussi que le story board de toutes les scènes d’actions a été confié à Genndy Tartakovsky, un spécialiste de l’animation (qui a travaillé notamment sur la série Dexter). Côté musique, le film rend hommage à l’œuvre d’AC/DC, mais pas seulement, on notera le mythique Should I stay or should I go des  Clash ou encore le légendaire An another bites the dust de Queen… Le tout pour un résultat très efficace, qui rythme parfaitement les notes du film.

Au final, Jon Favreau nous propose un film déjanté et démesuré. En allant voir Iron Man 2, vous signez pour deux heures d’action, un peu d’inquiétude et beaucoup de rires. Un cocktail des plus réussis !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s